« VENEZ DEPOSER VOS FARDEAUX SOUS LA CROIX DU CHRIST ! »

Dans une perspective d’animation vocationnelle, les frères capucins du Tchad organisent chaque année pour les aspirants un stage d’expérience de la vie fraternelle au postulat de Goré, à 150 km de Moundou. C’est ainsi qu’avant mon admission au Postulat en 1998, le frère Alain Picard, m’y a envoyé faire une expérience de 2 semaines. Et c’est à cette occasion que j’ai vu pour la première fois une statue de Padre Pio qui a capté mon attention.

Je ne connaissais pas l’histoire de cet homme de Dieu. Mais quand j’ai rencontré le responsable des postulants il m’a donné quelques explications sur la vie de Padre Pio. J’ai été profondément touché d’apprendre que beaucoup de grâces étaient obtenues par son intercession. À partir de ce jour, je me suis mis à réciter tous les jours sa prière pour obtenir des grâces. J’avais trois ambitions : trouver un bon travail à la fin de mes études, faire un bon mariage ou, peut-être, devenir capucin. C’est ce dernier rêve qui me tenait le plus à cœur en dépit de ses contours peu familiers.

Après avoir obtenu le bac, j’ai finalement choisi d’entrer chez les capucins. Durant mes années de ma formation j’ai rencontré beaucoup de difficultés ; mais j’ai toujours demandé à Padre Pio la grâce de tenir bon malgré les épreuves. Je n’ai jamais été déçu. Après mes études au séminaire, j’ai eu la chance de vivre pendant huit ans avec deux confrères italiens qui avaient personnellement connu Padre Pio. Ces confrères me disaient que toute sa vie était basée sur la récitation continuelle du chapelet, l’écoute infatigable des confessions, l’attention particulière aux les pauvres et aux malades ; et il vivait tout cela dans le sacrement l’Eucharistie.

Avant de venir étudier en Italie, j’avais souvent demandé à Padre Pio de m’accorder la grâce de visiter un jour sa tombe… Et récemment en 2014, j’ai eu le privilège de faire le pèlerinage à san Giovanni Rotondo où j’ai vu les merveilles que Dieu a faites à travers cet homme. À San Giovanni méditant sur le chemin de croix, j’ai trouvé une sculpture remarquable : Padre Pio avait pris la place de Simon de Cyrène, aidant Jésus à porter sa croix.

Pour mieux comprendre le secret de s. Padre Pio, l’écoute attentive des lectures choisies pour sa fête est le moyen le plus simple et le plus clair. En effet, ces textes bibliques mettent un accent particulier sur deux points : la sagesse et la consolation accomplies sur la croix dans une grande humilité. Padre Pio avait compris cela et avait mis la croix du Christ au sommet de sa vie et de son apostolat au point qu’il avait eu les stigmates comme marque de configuration au Christ.

C’est l’occasion pour nous de prier pour toutes les personnes qui souffrent, de prier aussi pour ceux et celles qui soignent les malades. Rendons grâce à Dieu le Père pour toutes les œuvres qu’il a réalisé dans notre vie à travers l’œuvre extraordinaire de s. Padre Pio. Il est celui qui, depuis le ciel, continue à nous donner sa tendresse et sa caresse. Par l’intercession de s. Padre Pio, allons au Seigneur et déposons tous nos fardeaux au pied de sa croix : lui seul peut nous soulager de nos problème et de toutes nos misères, car il est doux et humble de cœur.

Fr Isidore Djeneure Mbaye, o.f.m cap

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *